Glaciologie

Vostok, un lac antarctique sous 4 km de glace

Sous quelque 3 750 mètres de glace de la calotte polaire antarctique, un lac grand comme la Corse s'étend sous la station russe de Vostok construite au pôle du froid de la planète. Outre des bactéries inconnues déjà identifiées dans les glaces, l'exploration du lac de Vostok promet d'être riche en découvertes.

HerguetaB128À la fin des années 1960, des campagnes d’exploration aériennes systématiques furent menées dans le but de déterminer la topographie des sols sous les énormes glaciers couvrant le continent antarctique. Elles utilisaient le radar pour visualiser les surfaces du socle rocheux à travers les kilomètres de glace de la calotte polaire qui le recouvre. Les images qui furent obtenues révélaient la présence de surfaces planes et lisses, de tailles variables, en différents points du continent. Ces profils, typiques d’une surface d’eau sous forme liquide, signalaient donc la présence de lacs situés sur la surface du continent antarctique, mais enfouis sous les glaciers. Pas moins de soixante-dix-sept lacs ont ainsi été identifiés à partir de ces données et de celles de quatre autres campagnes menées dans les années 1970.
A la station soviétique de Vostok, on avait identifié plusieurs étendues d’eau, mais le maillage des explorations radar étant trop grand, il était impossible de les relier entre elles et l’on pensait donc que plusieurs petits lacs coexistaient dans un rayon de 300 km autour de la station. Ce n’est qu’avec l’utilisation des mesures altimétriques satellitaire de haute précision, réalisées dans les années 1990, notamment avec le satellite français ERS1, que l’énormité du lac Vostok est apparue : ce lac constitue une immense surface lisse et continue de 14 000 km2 qui s’étend sur 250 km dans l’axe nord/sud et 60 km dans l’axe est/ouest. Le lac Vostok est grand comme la Corse ! C’est de loin le plus grand lac sub-glaciaire de l’Antarctique, avec un volume évalué, à partir d’études sismiques récentes, à quelques 5 600 km3, soit trente fois le volume du lac Léman. Sa profondeur moyenne se situe aux environs de 400 m et il est traversé par une fosse de 1 200 m de profondeur à une trentaine de kilomètres au nord de Vostok.

Vostok-Station

Vue aérienne de la station scientifique russe de Vostok en 2001. À gauche, se dressent deux puits de forage


vostokaerialPhoto satellite RADARSAT du lac Vostok - © Canadian Space Administration


La station de recherche de Vostok fut construite en 1957, à l’occasion de l’année géophysique internationale, par les soviétiques sur le site remarquable correspondant à la fois au pôle géomagnétique, à 78° de latitude Sud et 106° de longitude Est, et au pôle de froid du continent Antarctique (record de froid : - 88,2°C le 23 juillet 1983). Le hasard a voulu que Vostok se trouve à l’aplomb de la pointe sud de l’immense lac dont personne ne pouvait alors soupçonner l’existence. Outre les observations météorologiques, magnétiques et radiométriques, une des activités importantes de cette station était la réalisation de forages profonds dans la glace de l’inlandsis, cet énorme complexe de glaciers, de 3 à 4 km d’épaisseur (3 750 m à Vostok), qui recouvre 98 % de la surface de l’Antarctique et dont le poids est tel qu’il enfonce le continent de près de 800 m sous le niveau de la mer.

Des carottes de glace au climat

Ce lent travail de forage glaciaire visait à prélever des carottes de glace de plusieurs kilomètres de long. La carotte extraite le 9 janvier 1998, qui allait jusqu’à 3 540 m sous la station, a représenté neuf ans d’efforts. Les principales analyses effectuées sur ces carottes de Vostok portent sur leur structure cristalline, leur température, la composition isotopique des cristaux de glace, l’analyse des gaz contenus dans les bulles d’air, l’identification des poussières et des inclusions diverses… Elles sont réalisées en partie sur place et en laboratoire par différentes équipes appartenant à divers pays, dont la France. Elles livrent des données inestimables sur la dynamique de la formation et de l’évolution des glaciers antarctiques, mais permettent aussi de suivre les variations des températures moyennes annuelles et l’évolution de la composition de l’atmosphère, autant d’éléments indispensables pour reconstituer l’évolution de l’environnement et du climat antarctique passés.

forage epica-600


Carottes de glace provenant du forage antarctique EPICA au dôme C - © S.Drapeau / IPEV


En 1984, dans un contexte de « guerre froide », un avion américain dépose Claude Lorius, glaciologue français, et deux de ses collègues à la station Vostok. A l’époque, la carotte extraite du plus profond forage était longue de 2 km, et livrait 150 000 ans d’archives glaciaires et d’histoire du climat terrestre, dont les derniers grands cycles climatiques de glaciation du Quaternaire. C’est l’analyse des gaz piégés dans les bulles d’air lors de la formation de la glace qui permit aux équipes de chercheurs dirigées par Claude Lorius, directeur du laboratoire CNRS de Glaciologie et géophysique de l’environnement (LGGE) à Grenoble, de mettre en évidence la relation entre les variations historiques du climat (paléoclimat) et la teneur en gaz à effet de serre (CO2 et méthane essentiellement) de l’atmosphère : les variations de concentration de ces gaz dans les bulles d’air de la glace varient de concert avec les variations de la température, celles-ci étant déduites de la composition isotopique de la glace. Cette découverte, cruciale pour la modélisation des évolutions futures de notre climat, aboutit à questionner le rôle des activités humaines dans le réchauffement climatique global.

Jouzel-1-600

Courbes d’évolution des températures moyennes annuelles (DT en rouge) et des concentration en dioxyde de carbone (CO2, en violet) et du méthane (CH4, en vert) construites pour les 450 000 dernières années à partir de l’analyse des échantillons de glace de Vostok - source : Jean Jouzel et Dominique Raynaud / CNRS


Aujourd’hui, le forage à Vostok a livré des données qui ont permis de retracer les variations du climat et de l’environnement sur plus de 400 000 ans. Et avec le prélèvement effectué en 2001 sur le site franco-italien de Concordia au Dôme C, à 2 700 m de profondeur, dans le cadre d’une coopération internationale comptant douze pays, ce sont 800 000 ans de l’histoire du climat terrestre et de la composition atmosphérique qui sont révélés.

Changement de glace inattendu à 3 540 m

Sur le site de Vostok, la séquence climatique est continue jusqu’à 3 310 m de profondeur. Au-delà, les couches sont mélangées et les données difficiles à interpréter. Aussi était-il question d’arrêter les forages à la fin de l’hivernage 1997-1998. Mais, en janvier 1998, une glace transparente comme du cristal fut remontée de 3 540 m de profondeur, à 200 m au-dessus de la base du glacier. Cette glace étonnante contenait de nombreuses inclusions de sédiments fins de quelques millimètres de diamètre.

glace cristaux-600

Inclusions de sédiments dans la glace de regel du lac Vostok (L. Meydard – CNRS) dans une carotte de glace ; lames minces (épaisseur 2 mm) de glace de glacier en haut (cristaux de quelques mm de long) et de glace d’accrétion en bas (1 cristal de 32 cm de long) - © CNRS/LGGE


Ces petits « cailloux » étaient donc situés à plus de 200 m au-dessus du socle rocheux, dans un glacier flottant lui-même au-dessus d’un lac profond ; il semblait impossible, dans un tel contexte, de déterminer l’origine de ces sédiments. Etudiée sur place, les propriétés électriques de la glace (conductivité) se sont révélées surprenantes : même soumise à 3 000 V, la glace bloque le passage du courant, comme le ferait un réseau de glace d’une eau pure fabriquée en laboratoire à partir d’eau distillée. Cette glace est donc très pure, dénuée des sels dissous (chlorures, sodium, potassium…) qui sont présents en quantité variable dans toutes les glaces de la Terre. Les lames minces de cette glace de 3 540 m de profondeur, observées en lumière polarisée, révèlent des cristaux démesurés, de plus de 20 cm de long. De retour au LGGE, les analyses ont montré que les échantillons proviennent du gel de l’eau du lac Vostok, et que les inclusions sont des sédiments d’argile inclus par le frottement de la base du glacier sur le socle rocheux dans son avance en amont du lac qui sont alors piégés par la fonte de la base du glacier et le regel de la surface du lac.

Lake-Ice-Aggregates600


Photo en microscopie optique des inclusions de sédiments argileux dans la glace d’accrétion - © Priscu Research Group, Montana State University


A Vostok, le forage fut arrêté en janvier 2006 à 3 650 m, soit 100 m au-dessus de la surface du lac. Les nouveaux échantillons sont les témoins inattendus du milieu sous-glaciaire. L’analyse en cours des derniers 85 m de la carotte est partagée par des équipes russes, américaines et françaises. A cette même profondeur limite de 3 540 m, la composition isotopique (deutérium et oxygène 18, isotopes lourds de l’hydrogène et de l’oxygène de l’eau) présente elle aussi une transition rapide, sur 30 cm d’épaisseur, avec une augmentation de la concentration dans un rapport de 10‰ par rapport à la glace du glacier, et reste pratiquement constante au-delà.
Ce rapport, utilisé pour identifier les différents types de glace (glacier, eau douce, eau de mer), est cohérent avec une glace issue du gel de l’eau du lac Vostok. Ce fait est renforcé par la disparition des bulles d’air dans la glace, caractéristique d’un gel lent de l’eau. En effet, la glace de glacier, formée par compression de la neige, emprisonne naturellement des bulles d’air, qui disparaissent sous la pression du poids du glacier. Elles réapparaissent une fois les carottes extraites de leur confinement dans la profondeur du glacier. L’expulsion de l’air de la glace par fonte et regel des échantillons, est une méthode que les glaciologues utilisent pour extraire les gaz contenus dans les bulles d’air du glacier.

Anomalies Vostok

Variation des paramètres physiques (taille des cristaux, volume de gaz et nombre d’inclusions) et géochimiques (conductivité électrique et proportion en isotope lourd, deutérium, de l’hydrogène) de la glace autour de 3 539 m de profondeur - © CNRS/LGGE


Pourquoi des lacs au cœur du continent blanc ?

Le dernier inventaire des lacs sous-glaciaires antarctiques, publié en 2005 par Michael Studinger et son équipe (Lamont-Doherty Earth Observatory de l'Univerité de Columbia, USA) à partir de l’ensemble des données acquises par les différentes campagnes russes, américaines, britanniques, danoises et italiennes, identifie 145 lacs.
Seuls 4 d’entre eux ont été localisés en Antarctique occidental, les 141 autres étant répartis sur l’ensemble du socle oriental, avec des concentrations autour du pôle Sud géographique, du Dôme C et du Ridge B séparant les dômes C et A, qui sont les zones les plus largement échantillonnées. La plupart des lacs (88 %) sont enfouis sous 3 à 4 km de glacier – un seul, situé en Terre de Mac Robertson, est à moins de 2 km de profondeur. Ils mesurent généralement moins de 10 km de long (pour 79 % d’entre eux). Mis à part le gigantesque lac Vostok, les plus grands lacs semblent concentrés dans la région du Dôme C, avec trois lacs de plus de 50 km de long, dont un sous le site de Concordia. Comment expliquer la présence d’autant de lacs à l’endroit le plus froid de la Terre ?

Siegert2005 carte

Localisation des 145 lacs sous-glaciaires antarctiques - source : Martin Siegert et al., 2005


Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, très peu de lacs sont associés aux volcans antarctiques. Mais la présence d’eau liquide sous les glaciers du continent austral a bien quelque chose à faire avec la géothermie. Comme en tout point du globe, le flux de chaleur en provenance du noyau et du manteau diffuse à travers la croûte continentale. Mais cette croûte étant couverte de glaciers, la propriété d’isolant thermique de la glace piège le flux géothermique à l’interface entre le socle rocheux et la base du glacier. À l’intérieur du continent, la température moyenne ne dépasse jamais les –50 °C et engendre un flux de froid qui se transmet à travers la glace à mesure qu’elle s’enfonce sous son propre poids. Le flux de frigories (1 frigorie = 1 000 calories ; c’est la quantité d’énergie calorifique à retirer pour abaisser la température d’un gramme d’eau de 1°C) apporté par la glace vers le socle rocheux dépend de la dynamique du glacier, de la quantité de neige qui tombe et de la température à la surface du glacier.

dynamiqueA-600

Schéma du profil des températures dans la calotte polaire antarctique. Le flux de froid (bleu) dépend de la température de surface mais surtout de l’épaisseur du glacier qui varie avec le taux d’accumulation des précipitations de neige. Le flux géothermique (rouge) compense le flux de froid dans les régions centrales ou des lacs peuvent alors de former - sources : CNRS/LGGE


Attention, lac en pente !

Au-delà de Vostok, en direction du nord, la surface du glacier monte progressivement. A 200 km au nord, elle est plus haute d’une cinquantaine de mètres. En fait, le glacier est en équilibre isostatique au dessus du lac, comme un iceberg dans la mer, ce qui veut dire que l’équilibre isostatique de la partie du glacier flottant sur le lac Vostok est réalisé de la même manière que pour les icebergs, avec un rapport de 1 à 10 entre les volumes émergés et immergés du glacier. Ainsi, les 50 m de dénivelé du glacier entre les parties nord et sud du lac correspondent en fait à une différence d’épaisseur de glace de 500 m. L’épaisseur totale du glacier dans la partie nord du lac est donc de 4 250 m, contre 3 750 m dans la partie sud. En conséquence, la surface du lac Vostok est inclinée dans l’axe nord/sud, avec un dénivelé de 500 m entre la partie haute du lac, au sud sous la station Vostok, et la partie nord du lac. L’écoulement du glacier d’ouest en est, depuis la Ridge B vers le dôme C, est donc perpendiculaire au dénivelé nord/sud du glacier, et à la pente de la surface du lac.

dynamiqueB-800

Topographie du lac Vostok : la surface du lac Vostok est inclinée dans l’axe nord/sud et le glacier, qui s'écoule d'ouest en est depuis la ridge B, est en équilibre isostatique au dessus du lac - sources : Studinger et al. 2006 - CNRS/LGGE


Un lac en perpétuel renouvellement

Sur le site de Vostok, la glace à grand cristaux trouvée à partir de 3 540 m de profondeur est la preuve que la surface du lac Vostok subit un phénomène de regel de l’eau du lac. De fait, l’interface entre l’eau du lac et la base du glacier est inclinée dans l’axe nord/sud : elle passe de 3 750 m à Vostok, c’est-à-dire au sud, à 4 200 m de profondeur 200 km plus au nord. Cette différence de 500 m de hauteur de glace aux deux extrémités du lac induit des différences de pression dues au poids de la glace et donc une variation de la température du point de fusion de la glace qui passe de –2,5 °C au sud à –2,8 °C au nord du lac. Si l’on accepte l’idée d’une circulation des eaux du lac permettant des échanges de chaleur plus rapides que par simple diffusion au travers des masses d’eau colossales, la température moyenne des eaux du lac devrait être voisine de –2,65 °C.

dynamiqueC

Schéma de principe montrant les différences de température à l’interface glace/eau pour le lac Vostok - sources : CNRS/LGGE


Cette valeur moyenne, qui vaut aussi pour l’interface, permet alors de subdiviser le lac en deux parties bien distinctes :
– dans la partie profonde, au nord, l’interface avec le glacier, qui est à –2,8 °C, est réchauffée par la circulation des eaux à –2,65 °C, ce qui fait fondre la base du glacier, libérant de l’eau qui alimente le lac ;
– dans la partie sud, l’eau du lac, qui est aussi à –2,65 °C, gèle lorsqu’elle arrive au contact de l’interface où le point de fusion de la glace n’est qu’à –2,5 °C, créant la glace de regel.
Ainsi, dès que l’interface eau/glace d’un lac sous-glaciaire est inclinée, une instabilité thermodynamique s’installe de manière permanente et le système évolue par un processus de fusion/regel. L’eau se forme par fonte du glacier dans la partie basse du lac et s’évacue par formation de glace d’accrétion dans sa partie haute.

Vostok INSU-800

Les eaux du lac Vostok sont en équilibre dynamique avec le glacier : au nord du lac, la fonte de la base du glacier constitue une source d'eau nouvelle alors que dans sa partie sud, le regel des eaux superficielles agit comme une sortie puisque que l'avancée du glacier vers le sud-est entraîne une partie de la glace d'accrétion ainsi formée - source : INSU


Le glacier qui surplombe le lac Vostok s’est formé par accumulation de couches de neige tombée à près de 1 000 Km à l’ouest du lac sur une période d’au moins 420 000 ans, âge de la glace du glacier actuellement en contact avec la glace d’accrétion formée par le regel des eaux du lac. La dynamique d’écoulement du glacier, lui fait traverser d’ouest en est le lac Vostok dans lequel il s’enfonce à la manière d’un iceberg dans la mer. Dans la partie nord du lac, la base du glacier fond et l’eau qui en résulte s’accumule dans la dépression du socle rocheux pour constituer le lac lui-même. Dans son parcours depuis le Ridge B, la base du glacier frotte sur le rocher auquel il arrache des fragments qui sont ensuite libérés dans le lac au fond duquel ils forment une couche de sédiments. Dans la partie sud du lac, l’épaisseur plus faible du glacier entraîne un regel des eaux de surface du lac qui s’accumule contre la bordure de la dépression qui contient le lac. Cette glace d’accrétion de 220 m d’épaisseur entre en contact avec la base du glacier. Embarquée dans la dérive du glacier, la couche superficielle de la glace de regel est arrachée et s’écoule vers l’est avec le glacier. Ainsi, l’eau du glacier fondue au nord et regelée au sud retourne au glacier. On estime que la fonte de la base du glacier au nord du lac produit 67 millions de mètres cubes d’eau liquide par an. Ils sont compensés par le déplacement du glacier qui exporte un volume équivalent de glace d’accrétion dans la partie sud. Ainsi, malgré son inclinaison et la dynamique d’échanges thermiques et hydrologiques qu’elle engendre, le lac Vostok constitue un système en équilibre avec le glacier qui est au-dessus. La production de glace par le glacier, la fusion de la glace à sa base, le regel de l’eau et l’exportation de glace d’accrétion par le glacier génèrent un système hydro-glaciologique qui aboutit au renouvellement de la totalité du volume d’eau du lac tous les 85 000 ans environ.

Il y a de la vie dans le lac Vostok

Lors de sa formation par accumulation des précipitations dans la région du Ridge B, le glacier amalgame la neige qui contient des poussières transportées par le vent depuis les continents de l’hémisphère Sud. Des microorganismes vivant dans le sol peuvent avoir été transportés de la même manière et incorporés à la glace. Au bout de 800 000 ans, temps nécessaire à ce que cette nouvelle glace arrive à l’interface entre le glacier et le lac, ces microorganismes sont alors libérés dans les eaux du lac lors de la fusion de la base du glacier. Si la grande majorité de ces organismes n’a aucune chance de survivre à 800 000 ans de broyage dans le glacier aux températures largement négatives, puis aux conditions de hautes pression, de température proche de 0 °C, d’absence de lumière et de faible disponibilité en carbone organique qui règnent dans les eaux pauvrement minéralisées du lac. Il existe néanmoins une possibilité que certains microorganismes, les êtres vivants qui ont conquis le plus large éventail d’environnements terrestres, aient pu s’adapter et survivre dans le lac. On peut alors imaginer que certains se sont également retrouvés piégés dans la glace de regel au sud du lac.
Mais, après le premier enthousiasme soulevé par la publication, en 2001, des résultats de trois équipes américaines concernant la présence de microorganismes dans les carottes de Vostok, le doute a immédiatement été soulevé par la forte ressemblance que ces microorganismes présentaient avec ceux de notre environnement et leur faible diversité spécifique. Si on y ajoute une concentration élevée de différents éléments chimiques, le tableau général suggère des contaminations. Le principal agent de contamination évoqué serait le kérosène utilisé à Vostok pour maintenir ouverts les différents puits de forages, car il n’est pas du tout stérile. De leur côté, Russes et Français se sont associés pour dresser un inventaire complet des contaminants chimiques et microbiens, notamment par l’identification après amplification et séquençage d’ADN. Après plusieurs années d’efforts, les premiers résultats sur un échantillon de glace d’accrétion contenant des sédiments montrent un très faible contenu biologique, dont encore 70 % des signatures ADN appartiennent à des bactéries vivant dans notre environnement, sur l’homme ou dans le fluide de forage, démontrant la persistance d’une contamination résiduelle, malgré les efforts réalisés pour la limiter.
Les 30 % de signature ADN restantes sont celles d’organismes autochtones du lac Vostok. Elles constituent donc les premières formes de vie connues d’un nouvel écosystème, celui des lacs sous-glaciaires antarctiques. Trois espèces de bactéries ont ainsi été identifiées. Une de ces bactérie est connue par ailleurs pour vivre dans les sources chaudes (à 40-50 °C) ou dans les mines profondes, capables d’oxyder l’hydrogène et de fixer le CO2. Les deux autres espèces sont nouvelles et n’ont pas d’équivalents dans les banques de gènes. Mais l’analyse phylogénétique de leurs séquences ADN les rattache à d’autres bactéries des sources chaudes. Bien que le lac Vostok soit situé sur un vieux socle continental épais, le relief entourant le lac – une déclivité encaissée aux bords abrupts –, associe un ensemble de fractures, de failles et de cassures provoquées par l’orogenèse ancienne du rift trans-antarctique. Les infiltrations d’eau du lac dans les fissures profondes pourraient donc engendrer une circulation hydrothermale renforcée par l’activité tectonique locale, l’énergie des séismes libérée dans le lac activant la circulation des eaux. Ainsi, les bactéries du lac Vostok pourraient être les descendantes de bactéries hydrothermales piégées voici 35 millions d’années lorsque la surface de l’Antarctique a commencé à geler, et qui se seraient adaptées au fil du temps aux conditions extrêmes du lac sous-glaciaire grâce au maintien des activités hydrothermales et tectoniques.

SEM Vostok Ice Core Microbes-800

Photo en microscopie électronique à balayage des microorganismes du lac Vostok - © Priscu Research Group, Montana State University


Ainsi, une biodiversité spécifique se serait-elle maintenue dans certains lacs sous-glaciaires, au moins à Vostok, associée à des sources hydrothermales profondes. Leur étude intéresse au plus haut point les exobiologistes, car un parallèle peut être établi avec certains milieux extraterrestres comme, par exemple, Europa, l’un des satellites de Jupiter dont la surface gelée pourrait abriter des étendues d’eau sous-glaciaires. Il ne serait alors pas impossible d’y découvrir une vie extraterrestre...

Comme l’explique Jean-Robert Petit, directeur de recherches au laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement (LGGE) et responsable pour la France du programme international d’étude des lacs sous-glaciaires pour l’Année Polaire Internationale 2007-2008 : « A l’heure actuelle, les opérations de forage à Vostok sont ralenties voire en hibernation. Cela, en attendant de trouver les solutions techniques pour éviter tout risque de contamination des eaux du lac, ce qui équivaudrait à détruire un écosystème vraiment particulier et unique. L’exploration des milieux sous-glaciaires se poursuivra au moyen de radar, mesures géophysiques (gravimétrie, magnétisme…) et sera mise en place au moment de l’API. En même temps les ingénieurs réfléchiront aux sondes automatiques qui pourraient être mises en œuvre sur de petits lacs, principe de précaution oblige, où les éventuels effets de contamination seraient plus limités. Le lac Vostok restant une pièce unique doit être préservé pour l’instant, et il livrera sans doute ses secrets aux chercheurs de demain. »

 

Pour en savoir plus

• Siegert M.J. et al. (2005). A revised inventory of Antarctic subglacial lakes, Antarctic. Science, 17(3), 453-460. School of GeoSciences at The University of Edinburgh
Page d’actualité du site Web du laboratoire de glaciologie et géophysique de l’Environnement du CNRS à Grenoble
Dossier « Climat : le forage de Vostok » écrit par Jean-Robert Petit pour le CNRS
• Site web de Mickael Studinger, spécialiste américain du lac Vostok
• Lire l'article de Jean Jouzel : “Les archives du climat dans les glaces polaires

Par Stéphane Hergueta, biologiste, membre fondateur du Cercle Polaire


Stéphane Hergueta © Février 2008 - Le Cercle Polaire Tous droits réservé

logo-cnrs logo-unesco logo-api logoCNL access-logo242

ipev200