Arctique : la course aux énergies s'intensifie !

Pétrole, gaz, uranium, charbon, hydrates de gaz... La fonte des glaces et l'envolée des cours des matières premières relancent l'effort d'exploitation de l'Arctique et... ravive les querelles territoriales entre les États riverains.

Carte de l'ArctiqueLa région arctique attire de plus en plus l’attention du fait de la fonte des glaces. Celle-ci semble devoir se poursuivre dans les prochaines décennies, et il devient possible d’envisager l’ouverture prochaine de routes maritimes saisonnières plus courtes, entre Europe et Asie par exemple, mais aussi d’exploiter plus facilement des ressources naturelles que l’on suppose abondantes dans ces régions. L’Arctique canadien et le Groenland contiendraient d’importants gisements de matières premières comme le pétrole, le gaz, l’or, l’argent, le plomb, le nickel, le zinc et l’uranium. En Sibérie orientale, moins explorée que la partie occidentale, les prospecteurs se montrent fort actifs pour découvrir de nouveaux gisements. Selon une étude de l’US Geological Survey (2000), l’ensemble de l’Arctique contiendrait 25 % (évaluation ramenée à 20 % en 2007) des ressources énergétiques de la planète non encore découvertes, une estimation reprise par la compagnie Shell. D’autres sont d’avis que ce sont jusqu’à 50 % des réserves non découvertes d’hydrocarbures qui pourraient se trouver au nord du 60e parallèle. (...)

Pour en savoir plus

Ian Stirling
Frédéric Lasserre
Géographe, professeur à l’université Laval au Québec, il dirige depuis 2005 un groupe de recherche sur la géopolitique de l’arctique. Il s’intéresse tout particulièrement aux enjeux politiques et économiques de l’ouverture du passage du nordouest. Il est membre du comité d’experts du Cercle Polaire.
Site de l’auteur

logo-cnrs logo-unesco logo-api logoCNL access-logo242

ipev200