À qui appartient l’océan Glacial Arctique

Point de foire d'empoigne, les cinq États riverains se sont engagés à définir leurs droits souverains sur l’océan Glacial arctique dans le cadre du droit international de la mer. Pour autant, tous les États sont concernés par la juridiction maritime de l’Arctique.

océan Glacial arctiqueEn août 2007, des scientifiques russes ont envoyé un sous-marin explorer les terrains du plancher de l’océan Arctique à l’aplomb du pôle, par 90° de latitude nord, et y recueillir des données géologiques dans le but d’étayer les revendications de la Russie, pour laquelle le pôle Nord s’inscrit dans le prolongement du plateau continental russe. Cette expédition a suscité des réactions hostiles de la part de ses voisins arctiques et alimenté les spéculations des médias quant à une possible nouvelle guerre froide autour des ressources de l’Arctique. Malgré l’existence d’un certain nombre de différends en matière de juridiction maritime dans la région arctique – et potentiellement davantage encore dans la mesure où les États entendent étendre leurs droits souverains sur les ressources du plateau continental au-delà des 200 milles marins mesurés à partir de leur zone économique exclusive –, la réalité est loin d’être aussi anarchique que certains commentateurs ont pu le laisser entendre. (...)

Pour en savoir plus

• Texte de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer : http://www.un.org/french/law/los/unclos/closindx.htm
•Site de l’Unité de recherche sur les frontières internationales (IBRU) de l’Université de Durham : www.dur.ac.uk/ibru
•Télécharger la carte et les notes explicatives (en anglais) : http://www.durham.ac.uk/ibru/resources/arctic

Martin Pratt
Martin Pratt,
Géographe à l’Université de Durham en Grande-Bretagne, ce spécialiste des frontières internationales a expertisé plus de 50 différends juridiques relatifs à des litiges frontaliers.

logo-cnrs logo-unesco logo-api logoCNL access-logo242

ipev200