L’impact culturel de la fonte de la banquise

Comment les Inuit voient le réchauffement climatique

Le recul de la banquise hivernale en Arctique menace la pérennité de savoirs et de pratiques de vie séculaires intimement liées à la glace de mer. Une communauté de l’ouest du Groenland témoigne.

Localisation de la Baie de Disco au GroenlandSi le réchauffement de l’Arctique et le recul de la banquise inquiètent la communauté scientifique pour leurs effets amplificateurs sur le changement climatique global, il ne faut pas oublier que l’Arctique est un territoire habité par les hommes. Les Inuit, pour ne citer qu’eux, vivent sur les côtes du bassin arctique depuis plusieurs milliers d’années et la banquise est un élément essentiel de leur environnement et de leur vie quotidienne en hiver. Son altération risque de faire disparaître des pratiques et des savoirs uniques, et menace la pérennité de la culture inuit. De fait, de leur point de vue même, l’impact le plus important de la fonte de la banquise arctique est d’ordre culturel. Pendant les deux dernières décennies, et particulièrement depuis 2000, les Inuit et les scientifiques ont détecté des variations de la banquise arctique d’une ampleur et à un rythme spectaculaires.
C’est dans ce contexte inquiétant que s’inscrit le programme Siku (Sea Ice Knowledge and Use : assessing Arctic environmental and social change) de l’Année polaire internationale 2007-2008. (...)

 

Pour en savoir plus

 

• “Wales-Inupiaq Sea-Ice Dictionary”, de Winton Weyapuk Jr et Igor Krupnik. Arctic Studies Center, 2008
• “Watching Ice and Weather Our Way”, de Conrad Oozewa, Chester Noongwook, George Noongwook, Christina Alowa et Igor Krupnik. Arctic Studies Center, 2004
• “La Baleine et le supercalculateur”, de Charles Wohlforth. Éditions Paulsen, 2008
• Site inetrnet du programme Siku
• Site internet de l'Année polaire internationnale
Nomenclature des glaces en mer sur le site inetrnet de l'Organisation météorologique mondiale

François Lantz
Pierre Taverniers
Météorologue à Météo France et diplômé de l’Inalco, il étudie depuis vingt ans sur le terrain l’impact du changement climatique chez les Inuit du Nunavut et du Groenland.
Il est membre du comité d’experts du Cercle Polaire.

logo-cnrs logo-unesco logo-api logoCNL access-logo242

ipev200