Cétacés de 4 à 10 m de long

size-antarctic-minkeW

Le discret petit rorqual antarctique fait brièvement surface ce qui le rend difficile à observer en haute mer, mais sa façon de pointer le museau au milieu des glaces flottantes est typique - © SH / le Cercle Polaire

 

Petit rorqual antarctique

Antarctic Minke whale - Balaenoptera bonaerensis

7,20 à 10,7 m pour 5,8 à 9,1 T (la femelle est plus longue d'1 m que le mâle)

museau triangulaire et pointu à carène marquée souffle étroit (2-3 m) et diffus généralement visible
• petite dorsale falciforme au 2/3 arrière du corps • face externe des nageoires pectorales entièrement sombre
• le museau pointu émerge en premier • dorsale visible en même temps que le souffle
• 230 à 360 paires de fanons blanc-crème • 50 à 70 sillons gulaires, jusqu'à l'ombilic

 

minke-whale blow

minke-whale dives

Contrairement au rorqual nain, on rencontre souvent le petit rorqual antarctique en petits groupes, avec parfois des regroupements de plusieurs centaines d'animaux sur les sites d'alimentation particulièrement riches de l'océan Austral. C'est un nageur lent qui se déplace à une vitesse moyenne comprise entre 2 à 4 noeuds, mais il peut réaliser des pointes de 15 à 16 noeuds. En nageant, il lui arrive souvent de raser la surface avec son museau, traçant un sillage bien visible. Il sonde de 3 à 10 minutes, puis souffle de 5 à 8 fois en l'espace d'une minute avant de sonder à nouveau. Il se nourrit essentiellement de krill et petits crustacés.

 

Antarctique-minke whale-Fr800Petite baleine pélagique à répartition circumplaire, le petit rorqual antarctique fréquente les eaux de l'hémisphère austral comprises entre 20° et 65 ° de latitude sud dans les océans Atlantique et Indien, mais semble plus rare dans le Pacifique, en particulier au large de la Tasmanie et la Nouvelle Zélande. Les femelles matures ou gestantes passent l'hiver dans les eaux tropicales, principalement entre 10 et 30 ° S (en bleu foncé), et migrent à l'automne pour s'alimenter dans les eaux antarctiques en été (en orange), descendant jusqu'à 78° S en Mer de Ross. Les mâles et les immatures semblent ne descendre que rarement en-dessous de 42 ° S (en vert). La saison d'accouplement est particulièrement longue (de juin à décembre avec un pic en août-septembre). Les femelles mettent bas 1 petit de 2,5 m et 450 kg tous les 1 ou 2 ans entre la fin mai et août dans les eaux tropicales ou subtropicales.

Le petit rorqual antarctique émet des des sons variés, allant du grognements, dont certains à très basse fréquence (0,06 à 14 kHz) à des cliquetis dans une gamme de fréquence variant de 13,3 à 20 kHz. Le petit rorqual émet aussi un son modulé très caractéristique appelé “boïng” que l'on jamais enregistré que pendant l'hiver, ce qui suggère qu'il interviendrait dans la reproduction.

 

En savoir plus sur les vocalisations des cétacés :

Whale Acoustics

Centro Interdisciplinare di Bioacustica e Ricerche Ambientali


© Le Cercle Polaire 2014 - Tous droits réservé

logo-cnrs logo-unesco logo-api logoCNL access-logo242

ipev200