Cétacés de 4 à 10 m de long

size-dwarf-minkeW

Le petit rorqual nain ne fréquente les eaux subantarctiques que durant l'été et ne descend que rarement jusqu'à 60 ° sud - © SH / le Cercle Polaire

 

Petit rorqual nain

Dwarf Minke whale - Balaenoptera acutorostrata

5 à 7,80 m pour la femelle - jusqu'à 6,80 m pour le mâle

museau triangulaire et pointu à carène marquée souffle étroit et diffus (moins de 2 m) généralement visible
• petite dorsale falciforme au 2/3 arrière du corps • dessus des nageoires pectorales blanches sauf à la pointe
• le museau pointu émerge en premier • chevrons pâles et collier sombre en arrière de la tête
• 230 à 360 paires de fanons blanc-crème • 50 à 70 sillons gulaires, jusqu'à l'ombilic

 

minke-whale blow

minke-whale dives

Contrairement au rorqual antarctique, le petit rorqual nain semble se déplacer seul ou par paire et n'est que très occasionnelement observé en petits groupes de 8 individus maximum. C'est un nageur lent qui se déplace à une vitesse moyenne comprise entre 2 à 4 noeuds, mais il peut réaliser des pointes de 15 à 16 noeuds. On dispose encore que de peu de données concernant cette espèce bien qu'un groupe de recherche australien suivent depuis quelques années les individus qui viennent au large de la Grande barrière de corail. Le petit rorqual nain souffle de 5 à 8 fois en l'espace d'une minute, de manière irréguière, avant de sonder à nouveau à faible profondeur, entre 100 et 200 mètres. Il se nourrit probablement de krill et de petits crustacés ainsi que de poissons lanternes dans les eaux subantarctiques.

 

dwarf-minke whale-Fr800Observé principalement au large de l'Afrique du Sud en automne et en hiver, autour de l'Australie et dans l'océan Indien, il occupe probablement tous les océans compris entre 10° (7° S en Atlantique et 11° sud dans le Pacifique) et 60° de latitude sud. En été, il fréquente les eaux subantarctiques où il peut être vu dans les mêmes secteurs que le petit rorqual antarctique. Il ne s'approche qu'exceptionnellement de la limite des glaces.

Le petit rorqual antarctique émet des des sons variés, allant du grognements, dont certains à très basse fréquence (0,06 à 14 kHz) à des cliquetis dans une gamme de fréquence variant de 13,3 à 20 kHz. Le petit rorqual émet aussi un son modulé très caractéristique appelé “boïng” que l'on jamais enregistré que pendant l'hiver, ce qui suggère qu'il interviendrait dans la reproduction.

 

En savoir plus sur les vocalisations des cétacés :

Whale Acoustics

Centro Interdisciplinare di Bioacustica e Ricerche Ambientali


© Le Cercle Polaire 2014 - Tous droits réservé

logo-cnrs logo-unesco logo-api logoCNL access-logo242

ipev200