Veille de la banquise arctique

houssaisB128La tendance au retrait de la banquise boréale s'accélère chaque année depuis 1996. La lente décroissance moyenne de 36 000 km2/an sur la période 1979-1996 s'est amplifiée sur la décennie suivante (1997-2007) pour atteindre 72 000 km2/an, soit le double. Avec le record de l'été 2012, le retrait de la banquise estivale arctique atteint plus de 90 000 km2/an sur la période complète (1997-2012). Marie-Noëlle Houssais, océanographe au laboratoire LOCEAN (Université Pierre et Marie-Curie), analyse pour nous semestre après semestre, l'évolution du patchwork de glaces de mer arctiques.

par Marie-Noëlle Houssais, océanographe, France.


Décembre 2016

Été 2016
Une fonte record équivalente à 2007

Contre toute attente, le minimum annuel d’étendue de la banquise arctique enregistré le 10 septembre 2016 est associé à une valeur record qui le place, avec celui de l’année 2007, en seconde position derrière le minimum de l’année 2012, record inégalé sur les 37 années de mesures satellitaires. Ce minimum annuel identifie donc 2016 comme une nouvelle année record de faible englacement. Le 10 septembre, la banquise couvrait une surface de 4,14 millions de km2...

Décembre 2015

Été 2015
la quatrième extension la plus faible de banquise estivale

En cette fin d’été 2015, le minimum annuel d’étendue des glaces arctiques a été atteint le 11 septembre, quelques jours seulement avant le 15 septembre, date moyenne du minimum annuel sur la période de référence (1981-2010). Le couvert de glace est peu étendu cette année, 2015 contribuant à allonger la série ininterrompue, initiée en 2007, des années les moins englacées sur la période des observations satellitaires (c’est-à-dire depuis 1979) : les neuf dernières années ont vu les neuf mois de septembre les moins englacées sur cette période....

Avril 2015

Hiver 2014-2015
le plus faible maximum d'extension de banquise jamais enregistré

L’année 2014 aura été une année relativement « banale » en termes d’englacement en Arctique. Le 17 septembre 2014, la banquise arctique atteignait son minimum annuel d’étendue, évalué à 5,02 millions de km2. Ni la date de ce minimum, très proche de la date moyenne du minimum annuel estimée sur la période 1981-2010 (15 septembre), ni sa valeur, très légèrement inférieure à celle du minima de 2013 (5,10 millions de km2) mais bien supérieure à celle du minimum record de 2012 (3,41 millions de km2), ne confèrent à ce minimum de septembre 2014 un caractère exceptionnel. Il a seulement pris la place de 2013 au 6eme rang des minima de septembre les plus faibles depuis 1979. L’étendue moyenne du mois de septembre 2014...

Mars 2015

Eté 2014
Un été relativement banal

Anim2Sept2014L’année 2014 aura été une année relativement « banale » en termes d’englacement en Arctique. Le 17 septembre 2014, la banquise arctique atteignait son minimum annuel d’étendue, évalué à 5,02 millions de km2. Ni la date de ce minimum, très proche de la date moyenne du minimum annuel estimée sur la période 1981-2010 (15 septembre), ni sa valeur, très légèrement inférieure à celle du minima de 2013 (5,10 millions de km2) mais bien supérieure à celle du minimum record de 2012 (3,41 millions de km2), ne confèrent à ce minimum de septembre 2014 un caractère exceptionnel. Il a seulement pris la place de 2013 au 6eme rang des minima de septembre les plus faibles depuis 1979. L’étendue moyenne du mois de septembre 2014...

Juin 2014

Hiver 2013-2014
L’un des maxima d’englacement les plus faibles depuis 30 ans

2014maxextent bm hires800Ce n’est qu’au tout début de printemps 2014, le 21 mars, que la banquise arctique a atteint son maximum d’étendue hivernale. En moyenne sur le mois de mars 2014, la banquise a couvert l’océan Glacial arctique sur environ 14.8 millions de km2. Cette superficie est supérieure de seulement 300 000 km2 à celle de mars 2006, année record lors de laquelle on enregistra la valeur la plus faible du maximum hivernal d’étendue sur la période des observations satellitaires. De fait, l’hiver 2014 doit être considéré comme un hiver peu englacé, faisant partie des quatre ou cinq hivers les moins englacés de cette période. L’étendue des glaces en mars a été de quelques 730 000 km2 plus faible que la moyenne de référence calculée sur la trentaine d’années 1981-2010...

logo-cnrs logo-unesco logo-api logoCNL access-logo242

ipev200